CHÂTEAUDUN - Exposition : Hommage à Tomas Divi

Du 4 août au 5 septembre, du mercredi au dimanche de 14h00 à 18h00 à la salle Saint André de Châteaudun : exposition « hommage à Tomas Divi ». Entrée gratuite et sans pass sanitaire.

Natif de Gérone, en Catalogne, Tomas Divi grandit dans une famille d’artistes : son père, José Divi est professeur à l’Ecole des Beaux-arts de Barcelone et sa mère, Dolorès Beyras est peintre sur étoffes. Le jeune Tomas entre à l’Ecole des Beaux-arts de Barcelone à 13 ans. Elève appliqué, il est doué pour la ligne, la forme et la couleur et obtient sans peine son diplôme.

Jusqu’en 1936, Tomas Divi vit grâce à la peinture et travaille occasionnellement chez son frère, prothésiste dentaire, pour compléter ses revenus. Cette année-là, il se retrouve mobilisé dans l’armée régulière espagnole, en tant que cartographe de la cavalerie. Il arrive en France en 1939 comme réfugié de la guerre civile et s’installe à Châteaudun l’année suivante, il y restera jusqu’à la fin de sa vie.

En 1949, il achète, rue du Champdé, une maison qu’il transforme en atelier pour peindre et recevoir son groupe d’amis. « Le Club des 7 », fondé en 1951, est composé d’amis artistes : Victor Bombonato, Michel Breton, Michel Cruz-Jimenez, Pierre Dagois, Etienne Lansac, Georges Latrouïte et Firmin Leclercq. Leur rendez-vous hebdomadaire est le dimanche matin.
A la même époque, il est embauché à temps partiel au cabinet d’architecture de Monsieur Louis Esnault, architecte des Bâtiments de France, où il laisse une grande empreinte.
Son art connaît un changement notable dans les années 50 : il devient beaucoup plus abstrait, caractérisé par des collages et des formes géométriques, souvent arrondies, très régulières, parfois colorées, parfois non. Il prend part à de nombreuses expositions dans la région : ChâteaudunChartres, Orléans mais aussi Paris. Certains magazines américains tels que The Fift ou Art Buyer font des articles sur son art. Il est très apprécié, et pas seulement dans la région.
Malheureusement,  ses  dernières  années  sont marquées par la maladie. Il alterne entre l’Hôtel-Dieu de Châteaudun et sa maison, mais il n’arrête jamais de peindre. Sa dernière peinture, curieusement appelée Apocalypse est finalisée quelques jours avant sa mort.

Thème : 

Toute l'actualité de : 

A lire aussi...

Dans l'agenda

Pour figurer dans l'agenda

Message aux associations et organisateurs de manifestations en Eure-et-Loir et dans les départements limitrophes (41, 45, 91, 78, 27, 61 et 72) : Pour figurer dans notre agenda gratuitement, il suffit de nous adresser par mail à agenda@intensite.net le calendrier des manifestations ouvertes au public, flyers ou textes. Vos rendez-vous seront publiés au plus vite. Vous pouvez aussi utiliser le formulaire : ICI.

Pour diffuser sur notre antenne dans le Forum des Associations, voir  ICI, en pdf.